Langues :

Menu
slider-1

Une histoire d’hommes engagés

Portrait d’hommes à l’origine de Bodin

L’histoire commence, en 1979, avec 3 éleveurs vendéens passionnés et convaincus par une agriculture mieux disante comme l’était Jean Bodin.

Michel Ayrault

Michel Ayrault rejoint les éleveurs Bodin au début du développement de l’activité, en 1990, ils étaient alors une quinzaine.

michel-ayrault

.

 

« En 1989, je suis allé voir Marcel Bodin qui était alors un de mes clients dans le TP. J’avais envie de créer quelque chose dans l’agriculture. C’était clair, net et précis pour moi, je voulais faire du bio ou du label. Il n’y avait pas d’autre porte possible. Le bio était une conviction depuis longue date, c’était déjà dans la fibre familiale. Et, sans porter de jugement, je ne me voyais pas élever des volailles qui ne voyaient pas le jour. Le premier bâtiment a été construit en 1990, les volailles sont entrées le 17 mai, je m’en souviens encore. En 1998, nous étions passé à 3 bâtiments, la construction d’un hangar de stockage était également essentielle parce que qui dit volaille dit paille et de la belle paille autant que possible, c’était nos convictions. »

 

 

Marcel Bodin

C’est en 1992 que Marcel Bodin se lance dans la fabrication des aliments Bio pour les volailles dans le souci de maîtriser la qualité organoleptique.

marcel

.

« Tout a commencé avec 2 personnes : Mr Perroy et Mr Racineu qui ont lancé une 1ère production de poulet Bio en 1979. Ils n’arrivaient pas à vendre leurs poulets c’est alors qu’ils sont venus voir mon père, Jean, pour les aider à les vendre sur les marchés. Ceux-ci n’étaient pas beaux car ils manquaient de protéines. J’ai alors commencé les 1ères formulations d’aliments. De nombreux essais ont dû être réalisés afin de trouver l’aliment parfaitement adapté aux poulets bio. Nous étions 28 en France pour rédiger le cahier des charges Bio. Beaucoup de gens étaient contre nous. Les fraudes venaient chaque semaine pour des visites inopinées et me suivaient partout. Mais nous avons prouvé que nous étions capables de produire des volailles sans pesticides et produits chimiques. »